Archives de catégorie : Master D2FE

Stages

L’année de Master 2 est finalisée par un stage de 4 à 6 mois, en laboratoire ou en entreprise, à partir de février ou mars.

Chaque année, une centaine d’offres de stage sont proposées aux étudiants. Environ 2/3 des stages sont réalisés en entreprise, et 1/3 en laboratoire.

Voir la liste des stages récemment effectués :

Aide à la mobilité internationale

Thèses : consultez les offres sur le site de l’Université Paris-Saclay (en particulier les offres de l’École Doctorale « Sciences mécaniques et énergétiques, matériaux, géosciences »

Les cours du Master 2 DFE

Organisation de l’année

L’année s’organise en un semestre S3 de cours (pour 30 crédits), et un semestre S4 de stage, en laboratoire ou en entreprise (pour 30 crédits).

Le semestre S3 est composé de deux périodes, A et B, de 10 semaines chacune. Chaque période comprend 8 semaines de cours, une semaine de révision, et une semaine d’examen.

Pour chaque période, l’étudiant doit choisir un certain nombre d’UE (Unités d’enseignement), pouvant inclure au plus une UE d’ouverture (extérieure au Master 2 DFE). Le total des crédits associés aux UE choisies doit donc être égal à 30. En tout, l’année est donc validée par l’obtention de 30 crédits par les UE, ainsi que par le stage de 30 crédits.

Listes des cours

UEcréditsCoursTDTP
A1Hydrodynamique avancée315h15h
A2Turbulence315h15h
A3Aérodynamique315h15h
A4Thermique315h15h
A5Volumes Finis et résolution numérique de Navier-Stokes310h10h10h
A6 Instabilités hydrodynamiques315h15h
A7Logiciels de simulation CFD4.56h40h
B1Écoulements interfaciaux et fluides complexes315h15h
B2Techniques expérimentales avancées en mécanique des fluides316h16h
B3Magnétohydrodynamique315h15h
B4Fluides et grains320h10h
B5Calcul Haute Performance 1.58h7h
B6Interactions fluide-structure320h10h
B7Thermoaéraulique des bâtiments1.56h6h
B8Énergies éoliennes et marines1.56h6h4h
B9Micro- et bio-fluidique1.512h4h
B10Machine Learning pour la mécanique des fluides1.58h7h

Descriptif des cours

Quelques témoignages d’anciens du Master 2 DFE

Retrouvez des anciens diplômés du Master 2 DFE sur notre groupe LinkedIn.

« La diversité des UE est l’une des grandes forces de la formation. Pour ma part j’ai vraiment apprécié les cours théoriques et numériques notamment ceux portant sur le calcul parallèle.

Le master permet à chaque étudiant de se construire des bases solides dans les domaines qui l’intéresse

Sur le plan humain les équipes pédagogiques et administratives sont très à l’écoute ce qui permet de garantir une formation de qualité. Je garde un très bon souvenir de cette année riche en découvertes. Aujourd’hui l’enseignement que j’ai reçu m’est très utile dans le cadre de ma thèse (purement numérique) au LadHyX dans laquelle je travaille sur des impacts de gouttes entre plusieurs fluides dans le cas non miscible. »

Pierre-Antoine Maës, promo 2019-2020

« Un enseignement de qualité et des professeurs investis

J’ai personnellement été très satisfait de mon passage au master DFE. Il offre une palette généreuse d’UE permettant un parcours axé numérique, expérimental ou bien hybride en mécanique des fluides.
Le corps professoral est très investi et réactif, tant bien pour les cours que pour les parties administratives, évitant ainsi certains problèmes.
Les UEs forment un tout cohérent et de qualité, malgré une charge de travail variant de légère à presque insurmontable au fil de l’année.
On se sent bien accompagné, je ne peux que recommander ce master si la mécanique des fluides vous intéresse. »

Elie Medioni, promo 2019-2020

« Après deux années au Magistère de Physique Fondamentale d’Orsay, j’ai effectué ma dernière année dans le Master 2 DFE. La diversité des enseignements m’a beaucoup plu, et leur qualité m’a permis d’envisager ma thèse « sereinement ». Je pense que ce Master est le parfait mélange entre enseignements théorique, pratique et numérique. 

C’est sûrement l’année d’étude qui m’a le plus plu!

La thèse que j’effectue actuellement à l’Institut de Mécanique des Fluides de Toulouse (IMFT), est une thèse expérimentale sur l’étude hydrodynamique des interactions entre plusieurs milliers de cylindres dans un lit fluidisé. Cette étude permettra de comparer les observations aux simulations numériques. »

Dylan Letessier, promo 2019-2020

« Après 4 ans d’études en Physique générale, j’ai choisi de me spécialiser en mécanique des fluides pour son très large panel de domaine d’ouverture et son application dans la physique du quotidien.

Le M2 Dynamique des Fluides et Énergétique m’a permis d’élargir mes connaissances, aussi bien pratiques que théoriques, au travers de différents modules tels que la prise en main de logiciel CFD ou l’étude de la stabilité des écoulements.

Cette diversité d’enseignement en fait un master très approprié pour la poursuite en doctorat ou un début de carrière en milieu industriel.

Au cours de cette année, j’ai pu effectuer un stage au Laboratoire de Physique des Solides, dans l’équipe Matière Molle, portant sur la mécanique des interfaces fluides. Je suis actuellement en thèse dans cette équipe, dans la continuité de mon stage.« 

Julian Wailliez, promo 2018-2019

« Après une L3 et un M1 de physique fondamentale très généralistes j’ai choisi pour mon M2 de me spécialiser en mécanique des fluides car c’était une branche de la physique qui me séduisait autant par ses approches théoriques qu’expérimentales.

Le cursus « à la carte » proposé par DFE m’a permis de choisir des cours assez fondamentaux qui correspondaient à ce que je voulais et j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à étudier cette année.

Mon stage m’a ensuite permis d’avoir un premier contact avec l’étude expérimentale d’un système hydrodynamique, me donnant une expérience nécessaire pour débuter ma thèse et qui, couplée à mes acquis de la période académique (particulièrement les cours de stabilité des écoulement et d’instabilité hydrodynamique dans mon cas), me permet d’aborder cette nouvelle aventure sereinement. Je fais actuellement une thèse théorique et expérimentale sur l’étude d’une instabilité dans un fluide stratifié.« 

Sarah Christin, promo 2017-2018

« Lors de mon cursus ingénieur spatial à l’ESTACA, j’ai pu découvrir un intérêt particulier pour la mécanique des fluides et ai donc décidé de vouer ma dernière année au Master 2 Dynamique des Fluides et Énergétique (DFE) afin de me spécialiser dans les systèmes de propulsion spatiale.

Ce Master m’a permis de renforcer mon bagage théorique et de découvrir des concepts que je n’aurais pas imaginé avant de participer à cette fabuleuse année.

J’ai pu, grâce à ce Master, effectuer un stage à l’ONERA portant sur l’étude des écoulements diphasiques sous pression (ergols liquides). Ce stage m’a ouvert des portes dans le monde de la propulsion et je travaille aujourd’hui pour ArianeGroup sur le moteur VINCI (2ème étage d’Ariane6) en tant qu’ingénieur. « 

Emeric Leclere, promo 2017-2018

« Après avoir étudié au Magistère de Physique Fondamentale je me suis dirigé vers le master 2 de Dynamique des Fluides et Énergétique.

Ce master offre toute une palette de compétence en informatique (résolution des équations de Navier-Stokes par les méthodes de volume finis et éléments finis que l’on développe à travers des projets longs et ambitieux), expérimentale (à travers les travaux pratiques) et théorique (cours de turbulence, granulaires, physique des interfaces et matière molle).

Au bout des six mois de cours, j’ai pu mettre en application ces trois facettes que propose le M2 DFE pendant mon stage de 6 mois au laboratoire FAST. J’ai essayé de développer un modèle de déformation d’interface tout en le testant expérimentalement via des techniques vues en cours (PIV, Free Surface Synthetic Schlieren). Choses que je continue à mettre en application pendant ma thèse commencée en Octobre 2018.

En plus de ces aspects purement scolaires, il faut aussi soulever un point important : l’équipe pédagogique ET administrative du master est une équipe qui prend soin de ses élèves. Point qui n’est pas du tout négligeable pendant l’année de master 2.« 

Gabriel Le Doudic, promo 2017-2018

« Privilégiant de m’orienter professionnellement pour travailler dans une entreprise industrielle, je me suis orientée vers le Master 2 Dynamique des Fluides et Energétique.

Ainsi, j’ai eu l’opportunité de travailler dans une grande entreprise opérant dans le secteur industriel et plus précisément dans la fabrication et la conception des centrales nucléaires (Framatome, ex Areva NP). Ma formation, mon master DFE ont été un grand atout puisqu’ils m’ont permis d’approcher un domaine que je ne connaissais pas et auquel je me suis rapidement familiarisée pour traiter et analyser les phénomènes physiques se rapportant aux accidents graves dans le domaine nucléaire. Mes connaissances informatiques et de logiciels ont été également nécessaires pour le poste que j’occupe. « 

Hajar Krimiyine, promo 2017-2018

« Après un parcours balisé par trois années de CPGE et deux années de Magistère de physique fondamentale,

j’ai entrepris ce qui restera pour moi la meilleure de mes années d’études.

« Une formation poussée dans tous les domaines participant à la caractérisation des écoulements (turbulence, instabilités, techniques expérimentales et méthodes numériques entre autres) m’a d’abord amené à un stage au laboratoire Dynfluid de l’ENSAM Paristech sur l’étude de la cavitation en milieu visqueux, à la limite de la transition à la turbulence.

Depuis, j’ai démarré une thèse d’océanographie physique à Brest, dans le Laboratoire d’Océanographie Physique et Spatiale de l’IFREMER, sur la turbulence à l’interface océan-glaces Arctiques pour expliquer les dynamiques de fonte des glaces. Les connaissances acquises lors de cette année de master 2 DFE me sont plus qu’utiles dans un domaines où les équations classiques de quantité du mouvement se parent de multiples termes prenant en compte la richesse de la physique océanique.« 

Luc Barast, promo 2017-2018

« En dernière année de mon cursus normalien (filière Génie civil à Cachan), j’ai choisi de me spécialiser en mécanique des fluides en suivant le Master DFE (qui fait partie des Masters Paris-Saclay). Celui-ci propose deux grandes orientations : le numérique et l’expérimental. Les cours fondamentaux constituent néanmoins la structure du Master.

J’ai choisi cette orientation notamment pour l’aspect fondamental. J’ai réalisé mon stage de 6 mois au LMFA (Laboratoire de Mécanique des Fluides et d’Acoustique) à Lyon sur la réalisation d’une DNS (Direct Numerical Simulation) d’une couche de mélange en gaz dense. Les cours que j’ai pu suivre en M2 DFE m’ont beaucoup servi, en particulier le cours de turbulence ainsi que les modules de simulation numérique. Je continue sur le même thème en thèse en m’intéressant aux aspects de modélisation RANS/LES pour les gaz denses.

Je tiens à souligner l’accompagnement et le professionnalisme de l’équipe pédagogique, et en particulier pour la recherche du stage. Il est mis à disposition une longue liste de stages proposés aussi bien en entreprise qu’en laboratoire. »

Je tiens à souligner l’accompagnement et le professionnalisme de l’équipe pédagogique, et en particulier pour la recherche du stage.

Il est mis à disposition une longue liste de stages proposés aussi bien en entreprise qu’en laboratoire. »

Aurélien Vadrot, promo 2017-2018

« Après un M1 de Mécanique des Fluides à Paris-Sud, j’ai intégré le M2 de Dynamique des Fluides et Énergétique.

Les cours que j’ai suivis, comme Turbulence, Aerodynamique et les cours de CFD, m’ont été très utiles durant mon stage à EDF. Grâce à toutes les compétences acquises au cours de cette année, j’ai eu la chance de poursuivre en thèse à l’Institut de Technologie de Karlsruhe (KIT).« 

Wen Wen, promo 2017-2018

« Après avoir effectué un M1 de mécanique des fluides à Paris-Sud, j’ai eu la chance d’intégrer le M2 DFE avec pour projet de poursuivre en thèse.

Les cours que j’ai eu la chance de suivre durant cette année m’ont tous apporté un plus durant ma formation.

Que ce soit par la découverte de nouveaux domaines de la mécanique des fluides, ou bien par la possibilité de choisir des UE orientées vers le numérique, l’expérimental ou des approches plus fondamentales (les deux dernières dans mon cas). Ensuite mon stage m’a permis de m’orienter clairement vers de l’expérimental. C’est grâce à toutes les compétences acquises au cours de l’année que j’ai la chance d’effectuer une thèse sur les milieux granulaires cohésifs. »

Adrien Gans, promo 2017-2018

« En parallèle de ma dernière année d’école d’ingénieur (spécialité transport terrestre, sous leur aspect principalement mécanique), j’ai choisi de suivre les cours du M2 DFE de l’Université Paris-Sud. En effet, je souhaitais améliorer mes compétences en mécanique des fluides (domaine relativement peu développé en dernière année de mon parcours en école) afin de garder une certaine polyvalence, et de pouvoir ouvrir le plus de portes possible au moment d’entrer dans la vie professionnelle.

Le M2 DFE a pleinement répondu à mes attentes, de part son offre variée d’enseignements, permettant d’acquérir et de consolider à la fois des connaissances théoriques et des compétences expérimentales.

Je tiens à souligner également la qualité de l’équipe enseignante, très disponible, et qui permet de mettre en relief le contenu des cours, en le liant à des exemples tirés de l’industrie. De plus, ce master 2 permet de choisir des enseignements en modélisation numérique, qui se révèlent être particulièrement valorisables au moment de la recherche de stage, puis d’emploi.« 

Vincent Roumezy, promo 2016-2017

« J’ai été étudiant de la promo 2015-2016 du M2 Dynamique des Fluides et Energétique.

J’ai ensuite préparé l’agrég de physique pendant deux ans en prépa agrég à l’université de Rouen et je suis actuellement (2018) en première année de thèse sur la « Turbulence à bas Reynolds » au laboratoire MSC à Paris Diderot.

Je garde un très beau souvenir du M2. Les encadrants (F. Moisy, Chi-Tuong Pham, Luc Pastur etc…) ains que l’administration (je pense à Nadège Ibis bien sûr et tous les autres) sont géniaux et vous aident tout au long du M2 et même après le M2 ils continuent à vous aider pour trouver une thèse ou un travail en RetD par exemple. Devant tant de bienveillance et d’investissement, je suis admiratif.

Enfin, la diversité des cours est incroyable. Jamais je n’aurais pensé que la mécanique des fluide était aussi vaste. Il y a de tout : du numérique, de la théorie et de l’expérimental. Le parcours est donc adaptable en fonction de nos choix. J’ai appris tellement de chose en un an de M2 que je serais même prêt à refaire le M2 une deuxième fois. Les matières sont toutes aussi passionnantes les unes que les autres (malgré nos préférences pour certains domaines). Le partenariat avec l’ENSTA et le choix d’un cours que l’on peut librement choisir dans un autre M2 (j’avais choisi par exemple « Drops, bubbles and Co » à l’X) en font un Master 2 complet.

Donc si vous aimez la mécanique des fluide sous tous ses aspects et que vous souhaitez une formation complète et enrichissante, courrez au M2 DFE. Foncez y. »

Darius Marin, promo 2015-2016

Après mon diplôme d’ingénieur obtenu avec une spécialité dans le Génie Nucléaire et une expérience pratique axée sur la thermohydraulique, j’ai souhaité m’orienter vers le Master 2 DFE afin d’approfondir mes connaissances dans la dynamique des fluides et plus spécifiquement dans la modélisation de la turbulence qui est un sujet d’intérêt dans l’industrie nucléaire.

Dès lors, j’ai pu profiter d’un des points forts de la formation consistant au choix libre des UE en fonction de son objectif professionnel. J’ai pu ainsi à la fois coupler des enseignements théoriques et pratiques enrichissants à la croisée entre physique des fluides, mathématiques appliquées, mécanique des structures et techniques expérimentales. J’ai ensuite réalisé un stage numérique au CEA pour lequel mes choix d’UE se sont révélés d’un apport incontournable.

Je ne saurais donc que recommander ce Master 2 à qui souhaite se spécialiser dans la dynamique des fluides :

celui-ci est en effet constitué d’une équipe pédagogique de grande qualité, organisée et à l’écoute des étudiants. Par ailleurs, la cotutelle de la formation entre l’Université Paris-Sud et l’ENSTA ParisTech permet aux étudiants d’exploiter les domaines d’expertise et les moyens expérimentaux dont dispose chacun de ces deux établissements.

Après le M2, je me suis orienté vers un Volontariat International en Entreprise (V.I.E) d’une durée d’un an chez AREVA en Allemagne où j’effectue des activités de R&D en soutien du groupe de travail en charge du design des mécanismes de commande de grappes et de l’Instrumentation incore du réacteur EPR. À la suite de cette mission, je reviendrai en France pour effectuer une thèse multiphysique au CEA dans le domaine de la cavitation et de l’interaction fluide-structure en support au projet ASTRID s’inscrivant dans le développement en cours de la prochaine génération de réacteurs nucléaires.

Sofiane Houbar, promo 2015-2016

Après un cursus ingénieur dans le domaine de l’aérodynamique, j’ai choisi d’approfondir ma formation en rejoignant le Master 2 DFE. Ce dernier avait retenu mon attention en raison de l’offre importante d’enseignements disponibles, très orientés vers les domaines fondamentaux de la mécanique des fluides. Ces derniers se positionnent à mi-chemin entre recherche plus fondamentale et sciences appliquées et ouvrent ainsi de nombreuses portes lors de l’entrée sur le marché professionnel.

L’équipe pédagogique est constituée de chercheurs et spécialistes compétents et renommés dans leurs milieux, ce qui ne fait qu’ajouter à la bonne réputation du Master.

Ces derniers donnent les bases solides permettant d’aborder sereinement les défis actuels de la mécanique des fluides, que ce soit l’expérimental, la compréhension théoriques des phénomènes ou encore la modélisation numérique.

C’est dans ce dernier domaine que j’ai choisi d’effectuer mon stage. J’ai rapidement senti la plus-value de notre formation, tant dans les connaissances que dans l’utilisation des outils numériques. Après 6 mois d’expérience enrichissante, l’entreprise dans laquelle je me trouvais m’a proposé un emploi dans les méthodes numériques et l’aérodynamique appliquée.

Paul Bourgoin, promo 2015-2016

Après deux années de CPGE scientifiques, j’ai fait le choix de m’orienter vers un parcours universitaire pour continuer à étudier les sciences pures. Pour cela j’ai d’abord fait une L3 et un M1 de physique générale appliquée, dont les enseignements de mécanique des fluides m’ont convaincus de poursuivre mes études en me spécialisant dans ce domaine à l’occasion du M2. Aucun choix n’aurait pu être meilleur, étant donné les fondations dont le M2 m’a pourvues et sur lesquelles je construis en ce moment mon avenir de chercheur en mécanique des fluides, elle l’aurait fait tout autant si j’avais décidé de poursuivre dans un parcours d’ingénieur.

C’est par la qualité de ce master, autant que par mes qualités personnelles, que j’ai été admise en thèse à l’étranger.

Le panel de modules est vaste et complet, ce qui nous as permis, à mes camarades et moi-même, de partir avec de bonnes bases dans des domaines très différents.

Emily Dieu, promo 2014-2015

Après un cursus classique de physique à l’Université Paris Diderot, j’ai décidé de choisir un M2 assez large tourné vers la mécanique des fluides (suite à un stage de L3 sur ce thème qui m’avait passionné). Et je dois dire que le M2 DFE a été le bon choix pour plusieurs raisons : la grande diversité des matières permet de choisir un profil pour son futur, plus orienté vers l’ingénierie à travers les matières appliquées et orientées sur les codes numériques ou plus tourné vers la recherche académique ou appliquée.

En plus d’une solide formation théorique dispensée par de très bons professeurs, les modules expérimentaux sont à mon sens un vrai plus pour ceux souhaitant s’orienter vers la recherche.

De plus la grande proximité avec l’équipe enseignante issue majoritairement du FAST et du LIMSI permet d’avoir facilement des conseils et réponses aux différentes questions qu’on peut avoir.

Après un stage de M2 académique, j’ai démarré en octobre 2015 une thèse au laboratoire PMMH à l’ESPCI où j’y étudie l’écoulement dans des canaux microfluidiques à géométries variables d’agrégats de protéines et de gouttelettes d’huile de silicone, à travers un partenariat avec Sanofi.

Charles Duchêne, promo 2014-2015

Après un cursus scolaire exclusivement universitaire, et une année de Master 1 Physique Appliquée et Mécanique option mécanique, j’ai eu la chance d’intégrer le M2 DFE. Les enseignements y sont très varies, et la très large palette d’options permet de colorer sa formation et de l’axer soit vers l’industrie, soit vers la recherche.

L’équipe pédagogique est dynamique, passionnée, et extrêmement impliquée auprès des étudiants. Après un stage de fin d’études en aérodynamique chez Snecma, j’ai été embauché en CDI environ un mois apres la fin du master.

Globalement, la formation est exigeante, mais au final, ça vaut vraiment le coup de s’impliquer.

Guillaume Soyer, promo 2014-2015

Débouchés et statistiques

La spécialité de Master 2 « Dynamique des fluides et Énergétique » prépare aux métiers de la recherche, de la R&D et de l’enseignement supérieur.

L’importante concentration de laboratoires et d’entreprises en Île de France, et en particulier sur le plateau de Saclay, constituent un contexte unique en France, assurant à cette spécialité de Master des débouchés dans tous les métiers de la mécanique et de la physique.

Consultez également :

DébouchéMoyenne 2016-2022
Thèse43%
Industrie34%
Enseignement3%
Poursuite d’études9%
Autre10%

Taux de réussite

AnnéeEffectif*AdmisPoursuite en thèse
2021-20222793%9 (36%)
2020-202122100%10 (45%)
2019-202028100%14 (50%)
2018-20192596%8 (33%)
2017-20182990%13 (45%)
2016-20172990%8 (28%)
2015-20162588%7 (28%)
(* : Etudiants présents aux examens)

Recherche et Développement

Les départements de R&D des grandes entreprises apprécient en particulier les compétences pointues acquises par nos étudiants dans la maîtrise des logiciels de CFD (Computational Fluid Dynamics), pour la simulation des écoulements et des transferts thermiques.

Domaines de recrutement : aéronautique, automobile, énergie, thermique, pétrolier, matériaux, génie civil, …

Embauches récentes de nos étudiants dans les entreprises : Safran, Framatome (Areva), Airbus, Alten, IFP-EN, EDF, GDF, Saint-Gobain, Alstom, Renault, Stellantis (PSA), Segula, Thales, Schneider Electric, MBDA, Saipem, Total, Valeo, Liebherr, Air Liquide, …

Poursuite en thèse

Environ 1/3 des étudiants effectuent une thèse à l’issue du Master 2, en laboratoire ou en entreprise (thèse CIFRE).

L’Université Paris-Saclay constitue un environnement exceptionnel avec une concentration inégalée d’écoles et d’organismes de recherche : CNRS, CEA, IRSN, ONERA, CentraleSupelec, ENS Paris-Saclay, École Polytechnique, ENSTA…